L'Acte Chanson

Cie de création et de diffusion de spectacles vivants – Montpellier

Bienvenue

photo-etang-gino

Et voici donc, tout beau, notre nouveau bébé sur lequel nous travaillons depuis plusieurs semaines, ce site-blog comme on les aime, « avec du contenu » comme se plaît à le répéter Guilhem Poisson chargé avec Salicorne d’en faire évoluer l’image…

Et c’est une fierté nouvelle qui s’inscrit pleinement dans notre ambition de retrouver le chemin de la chanson d’auteur et de la culture de proximité, sans oublier ce qui nous rassemble depuis plusieurs années autour des grands noms de la chanson.

Dans les heures sombres qui marquent aujourd’hui notre histoire, il est d’ailleurs plus que temps, à l’inverse des grands discours guerriers, de s’engager dans la voie de la culture, de l’Art et de l’éducation populaire…

Dans les rubriques permanentes qui caractérisent ces pages, vous retrouverez les diverses catégories qui nous accompagnent depuis toujours et quelques nouveautés :

le blog avec ses diverses approches

l’agenda qui se veut désormais plus généraliste

le nouveau catalogue professionnel pour la période 2015 / 2016

les pages spécifiques sur le vol du festival Brassens de Saint-Gély-du-Fesc, mais aussi sur le nouveau Vin des poètes…

la revue de presse chansons à l’échelle de la région

Ainsi, ensemble, car nous souhaitons que vous nous fassiez part plus encore de vos commentaires, de vos avis, de vos propositions, nous pourrons bousculer les certitudes marchandes et institutionnelles qui empêchent la chanson, la musique, la poésie, le conte et toutes les expressions de la proximité de jouer leur rôle émancipateur.

C’est aussi à ce niveau que se posent les questions de la liberté d’expression et du vivre ensemble.

Notre ami conteur Fabien Bages nous transmet le message suivant auquel nous nous associons volontiers.

« Bonjour,

Des artistes habitant ou étant attachés à Saint-Laurent-le-Minier ont souhaité agir artistiquement pour soutenir le village dans sa reconstruction après la catastrophe du 17 septembre 2014. Et c’est dans cet objectif que musiciens, conteurs et écrivains lecteurs ont uni leur talent pour créer un événement, un spectacle solidaire intitulé RESURGÉNCIA qui se tiendra le 13 mars au théâtre de l’Albarède à Ganges.

Venez-y nombreux.

Nous ajouterons pour conclure que les bénéfices de cette soirée iront entièrement à l’association ‘Resurgencia Truc de Baû’ http://resurgencia.canalblog.com/, née après la catastrophe.

Bien cordialement,

les artistes coordinateurs : Françoise RENAUD, écrivain, lectrice, Bernard PALACIOS, cinéaste, écrivain, Fabien BAGES, conteur, auteur.

Entrée 10€. Réservations: 06 12 27 22 68

Print - copieLe Synavi communique

Baisses de budget, annulations de festivals et fermetures de lieux culturels mettent à l’œuvre un vaste plan social et attestent de l’abandon de la culture par les élus.

Ces décisions politiques qui frappent la culture sont dramatiques au moment où chacun reconnait son importance dans l’apport économique et surtout dans ce qu’elle participe au lien social.

En réponse, dès ce 3 mars, journée d’action nationale, à Montpellier

Les organisations professionnelles CGT Spectacle LR – CIP LR – Fédération des Arts de la Rue – SYNAVI – SYNDEAC appelent à la mobilisation des professionnels, du public et de l’ensemble des citoyens à commencer le périple d’interpellation des élus sur l’avenir de nos missions, de nos emplois et leur ambition en matière de politique culturelle.

A Montpellier 9h30 rassemblement et conférence de presse « Non à l’abandon de la culture et de l’art par les élus » devant la Métropole Montpellier Méditerranée (Place Zeus) Demande d’audience en attente de réponse

Rappel de la pétition à signer et à faire signer :

« Nous, citoyens, contribuables, usagers et travailleurs des services publics de la culture en Languedoc-Roussillon,

  • Nous condamnons les attaques économiques, structurelles, éthiques et politiques que subissent, dans notre région, lieux et festivals, de la part des différentes collectivités territoriales.
  • Nous condamnons l’abandon de la culture et de l’art par les élus.
  • Nous condamnons la fermeture ou la réduction des budgets des lieux et événements culturels locaux.
  • Nous condamnons la liquidation sociale et économique.
  • Nous condamnons la disparition de nombreux emplois permanents et intermittents. … »

Il est impossible de défendre la liberté d’expression en abandonnant des lieux lui permettant d’exister…

Pour le SYNAVI Languedoc-Roussillon

Catherine Vasseur
Délégation régionale
languedocroussillon@synavi.org

 

Une pétition, relayée par la plupart des structures du spectacle vivant, à signer d’urgence :

« Nous, citoyens, contribuables, usagers et travailleurs des services publics de la culture en Languedoc-Roussillon, 

 Nous condamnons les attaques économiques, structurelles, éthiques et politiques que subissent, dans notre région, lieux et festivals, de la part des différentes collectivités territoriales.

 Nous condamnons l’abandon de la culture et de l’art par les élus.

 Nous condamnons la fermeture ou la réduction des budgets des lieux et événements culturels locaux.

 Nous condamnons la liquidation sociale et économique.

 Nous condamnons la disparition de nombreux emplois permanents et intermittents.

 Il est impossible de défendre la liberté d’expression en abandonnant des lieux lui permettant d’exister : 

Les Voix de la Méditerranée à Lodève, Théâtre de l’Archipel à Perpignan, La Chapelle Gély à Montpellier, Le Festival Hybrides à Montpellier, L’Agglo au rythme du Jazz à Nîmes, Le Chapeau Rouge à Carcassonne, Le Printemps des Comédiens à Montpellier, Le Théâtre de Villeneuve les Maguelonne -Scène conventionnée pour le jeune public, et de nombreux services culturels municipaux supprimés…

Sans ces lieux et événements sur le territoire, pas d’action culturelle, pas d’éducation populaire, pas de liens entre les cultures, pas d’ouverture sur le monde. Qu’ils soient de prestige, de recherche, de proximité, ces lieux et ces événements sont vitaux pour nous tous. 

Par cet appel, nous nous engageons à répondre à ces attaques, avec conviction et détermination. »

L’Acte Chanson s’associe pleinement à cet appel.

 

Notre ami Jérar Slabski, artiste et militant de la chanson nous a transmis cet article sur le thème du financement participatif qui, de plus en plus, accompagne les projets des artistes. Lisez, participez et commentez. 

Cet article pourrait s’intituler « SOLID’ AIR » ou « NEWS LET’ AIR » ou « FROM’ AGE et DESS ‘AIR » ou « QU’EST-CE QUE JE VOUS S’ AIR » Quel que soit son nom … je viens sérieusement vous parler de CHANSON, de cette chanson dont je dis depuis longtemps (qu’avec le théâtre, la danse …) elle est un formidable lieu de rassemblement et que c’est ensemble qu’il nous faut veiller à la bonne santé du spectacle vivant.

C’est dans ce sens que je vous invite à lire ceci, à le partager aussi pour, je l’espère, contribuer au succès du projet de ce « collègue » :

Julien B.Julien B. est  « La Guitare Sans Tête »

« La Guitare Sans Tête »  a un projet qui est en financement participatif sur www.mymajorconpany.com

Je suis allé l’écouter sur scène et je n’ai entendu que des chansons d’une grande sincérité, des musiques et des textes très contemporains. Julien véhicule des idées avec soin, avec talent. Son itinéraire passe notamment par 2 albums avec le groupe les KARPATT (qu’il a cofondé) et le voici, pour encore quelques jours, présent sur le site de My Major Company pour vous demander, pour nous demander, de contribuer à la réalisation de son prochain enregistrement. ALLONS-Y (même très modestement) !

Je n’ai pas dit « aidons-le » car ce n’est pas lui que nous aidons, c’est nous, nous tous qui avons besoin de cette chanson là, celle qui rime à quelque chose.

A nous de contribuer au succès des initiatives qui sont « bien fondées ».

Celle-ci l’est car « La Guitare Sans Tête » ce sont des textes engagés énergiquement délicats … tout un programme !

Je confirme ici ces extraits de sa doc : [  … des tranches de vies qu’il nous fait partager, des points de vues sur les errements des hommes, la détresse de notre planète. Dans son « Musée des saisons » Julien fait sonner « Sourire » avec  « Fraternité » deux mots à la fois humbles et ambitieux qui résument parfaitement l’idée « d’un monde meilleur et sans danger » que ses chansons nous invitent à inventer »  ]

Voici le lien www.mymajorcompany.com/laguitaresanstete (Si vous n’êtes pas déjà inscrit, cela prend un peu de temps mais au moins ce sera fait … peut-être pour d’autres projets ? … celui de Cécile Veyrat par exemple ( sur le site www.kisskissbankbank.com    Métamorphose-s)  qui le mérite tout autant )

Vous savez à quel point j’aime la chanson, je trouve d’ailleurs qu’elle se porte tout à fait bien… C’est sa diffusion qui « tousse ».

Jérar SLABSKI / LES ZBROUFS

jacques1Ils l’avaient annoncé et c’était un mensonge : le pétomane ne sera pas la prochaine tête d’affiche (si j’ose dire) du festival Brassens de Saint-Gély-du-Fesc. C’est une honte ! Tant d’espoirs suscités, même chez les Brassenssiens les plus blasés, et soudain foulés aux… pieds. Tous s’en remettront-ils ?

Il faut reconnaître que l’affiche était alléchante (j’ose) : l’intégrale des chansons de Brassens interprétées, en version originale, par un pétomane, ça c’était de la programmation (avec un bon sonorisateur bien sûr) ! Hélas il n’en reste plus rien, toutes les vedettes du show bizz, pourtant dotées de beaucoup de talent en la matière, se sont récusées… Même les élus, pourtant habitués de ces choses, ont refusé (« On a assez donné » disent-ils)… Et les organisateurs ont été incapables de relever eux-mêmes le défi, par crainte de leurs propres débordements…

Le pétomane à Saint-Gély ? Des prouts qui ont fait pschitt !

 

J.P. (que l’on doit bien sûr, prononcer ici : Gît pet !)

Le Synavi, syndicat national des arts vivants, publie la lettre ouverte suivante : 

Madame la Ministre de la Culture et de la Communication,
Mesdames et Messieurs les Elu.e.s des Conseil Régionaux, des Conseil Généraux, des Municipalités,
Mesdames les Directrices des Affaires Culturelles, Messieurs les Directeurs des Affaires Culturelles,

Depuis des mois, vous nous gratifiez de déclarations de principe, auxquels nous ne pouvons qu’adhérer pleinement :
Oui, la culture est, comme l’éducation, le ciment de notre société.
Oui, la culture est un investissement pour l’avenir.
Oui, l’art et la culture sont les ferments de la citoyenneté.

Pourtant, derrière tous ces discours, nous assistons à une situation inédite depuis plusieurs décennies : on ne compte plus les coupes budgétaires drastiques, les déprogrammations arbitraires, les évictions d’équipes et de directions artistiques, les interruptions de projets engagés.

Sous couvert de « politiques d’austérité » ou de « choix de programmation », le saccage se généralise à tous les niveaux (DRAC, collectivités territoriales) et ne se limite pas à une couleur politique :
Compagnies, lieux indépendants ou labellisés, festivals, de toutes disciplines, dans toutes les régions : tout le secteur artistique et culturel est touché par cette vague dévastatrice, et tous les prétextes sont bons pour justifier ces brusques changements de cap qui fauchent les projets et les équipes artistiques. Quelques exemples :

  • La Ville de Paris paie les nouveaux équipements (Philarmonie, Carreau du temple…) en diminuant la part des aides aux projets. L’augmentation de budget annoncée n’est pas à la hauteur des besoins de ces mastodontes budgétivores. Ce sont encore les plus petites structures qui en subissent les frais.
  • Dans l’Eure-et-Loir, le constat est dramatique : municipalités en retrait, Conseil Général absent, budgets culturels et sociaux amputés pour renforcer la sécurité, annulation de festivals faute de subventions, généralisation du clientélisme à tous les échelons…
  • En Alsace, il est urgent d’entamer un dialogue avec la DRAC et l’Académie de Strasbourg autour des dispositifs artistiques menés en milieu scolaire, dont les volumes horaires sont en baisse constante. Comment les dossiers sont-ils instruits ? Comment sont représentés les partenaires artistiques dans les commissions ? Quels sont les critères qui prévalent pour la validation des artistes intervenants ? Aujourd’hui le programme européen MUS-E pour la France mené à Strasbourg par la Cie Courant d’Art s’est arrêté, laissant de nombreux élèves et enseignants dans un grand désarroi et une forte incompréhension, alors même que l’art et la culture contribuent à renforcer les valeurs de Démocratie aujourd’hui fortement menacées.
  • A Aubervilliers, le « Plan Vigipirate/terroriste » aurait conduit la municipalité à annuler au dernier moment une représentation pour les groupes scolaires. Prétexte abusif qui cache bien mal l’inconséquence de la Ville et une volonté de faire des économies budgétaires.
  • A Viry-Châtillon, l’AMIN Théâtre subit depuis plusieurs mois les assauts de la Communauté d’Agglomération Les Lacs d’Essonne qui tente d’expulser  la compagnie de la Friche par tous les moyens (étranglement financier, supposée insécurité du lieu…)
  • Certaines municipalités, comme St Priest, sont plus décomplexées et invoquent simplement des « choix esthétiques », suppriment ce qui leur paraît « élitiste » au profit d’une programmation « populaire ». Liberté de programmation ? Non, il s’agit au mieux de démagogie … au pire de censure.

Mêmes dérives à Grenoble, Toulouse, Roanne, Evreux, Niort, Collioure, Wissembourg …
Les cas se multiplient. Pire, ils se banalisent. Et ne sont cités ici que les cas les plus emblématiques. Sur l’ensemble du territoire, des milliers de projets ne voient pas le jour ou sont effectués dans des conditions difficiles, pour les mêmes raisons et avec pour seules justifications des alibis indignes.

Le SYNAVI dénonce avec la plus grande fermeté ces décisions scandaleuses et l’absence totale de concertation avec les acteurs concernés.

Le SYNAVI est solidaire des équipes artistiques, lieux et compagnies, victimes du mépris des pouvoirs publics et de décisions qui mettent en péril leur projet, leurs emplois et parfois leur survie.

Le SYNAVI rappelle que la création artistique et les actions culturelles ne doivent pas être la variable d’ajustements des budgets, au même titre que toutes les missions d’intérêt général.

Madame la Ministre, mesdames et messieurs les Elu.e.s, il est de votre responsabilité de passer aux actes et de faire cesser le massacre !

Lyon, le 20 février 2015

Charles Cros / FotoHuitième épisode de la chronique de Patrick Hannais que l’on peut également écouter sur Radio Lodève. Aujourd’hui Charles Cros (avec deux « s » comme on dit à Fabrezan).

La chanson « Aux imbéciles » donnée ci-après, a été mise en musique d’après un poème de Charles Cros, et est interprétée par Hervé Tirefort. Elle figure sur le CD « Le pianiste aux mille et une chansons » produit par l’Acte Chanson (avril 2004)

 

Sous le titre « Chanter la lutte », des universitaires, des personnalités, des chercheurs, vont se réunir trois jours durant à l’Université Paul Valery de Montpellier dans le cadre d’un colloque international… sur le thème de « la chanson engagée ». Passionnant.

Initiatrice et principale organisatrice du colloque, Marie-Jeanne Verny écrit en introduction : « La chanson a plus d’une fonction. Elle peut distraire, elle peut exprimer des sentiments, elle peut donner une autre dimension à un poème. Mais elle peut aussi être le vecteur d’un message politique, résumer en quelques mots les aspirations d’un groupe social ou d’un « peuple », symboliser son identité combattante, servir de cri de ralliement. Ce genre particulier de la chanson engagée, particulièrement bien représenté, et de longue date, dans les cultures des Suds, mérite d’être abordé dans une perspective comparatiste.Propagande politique – de droite ou de gauche –, luttes sociales, revendications régionales, parfois jonction des deux, les exemples ne manquent pas, à divers moments de l’histoire contemporaine, de mouvements qui ont trouvé chez les chanteurs des porte-paroles capables, avec leurs mots et leurs notes, de trouver un écho en société. »

Pour tout savoir sur le programme : http://www.univ-montp3.fr/llacs/18-20-mars-2015-colloque-international-chanter-la-lutte/

assohotoC’est avec l’Acte Chanson qui l’a accueillie lors de son concours Voix Libres au début des années 2000 qu’Olympe Assohoto qui est en train de marquer de sa voix l’émission THE VOICE 2015 (juste après son mentor Emmanuel Djob en 2014) vient se présenter ce vendredi 27 février sur la scène du JAM à Montpellier. Autour d’elle « l’Assohoto blues fellows » emmené par le guitariste Pascal Corriu et le batteur Fred Maggesi…

Après avoir embrassé les styles les plus divers, de la soul au jazz, du rock à la chanson française, elle s’attaque en effet aujourd’hui aux racines du blues et du jazz, et la soirée de ce 27 février s’annonce chaude.

Réservations dans les points de vente habituels et au JAM. Entrée : 10€

 

Quelques livres glanés dans la bibliothèque du grand maître de l’Ordre Universel des Chevaliers du Cep

DaumierD’un recueil de poèmes apocryphes du grand Li Po, académicien du vin en Chine depuis le 8ème siècle, au livre calligramme la «Dive Bouteille» de Gilles Vidal, de « Ma muse en vendanges » de Jean-Marc Eylaud au recueil de dessins « Cul sec » signés Desclozeaux chez Albin Michel, des « Cinq proverbes sur le vin » accompagné de gravures de Gautier Constant aux planches de « La vigne et le vin dans l’Art »,…, la vendange est riche et le raisin sucré quand on a eu comme moi le loisir amical de parcourir la bibliothèque d’Alain Causse Adam, grand maître de l’Ordre Universel des Chevaliers du Cep, patron en son temps de La Journée vinicole et des éditions Causse (avec ou sans Graille et Castelnau), tout un pan de l’histoire littéraire de Montpellier et de notre région.

Je lis Li Po dans « la traduction imaginaire de faux poèmes chinois et avec toutes les libertés » comme l’avoue E.J.Dauphin qui écrivit le recueil. Ecoutez :

« Les oiseaux migrateurs sont passés

Les oiseaux sont revenus

Les feuilles sont tombées

Les arbres ont reverdi

Ma coupe s’est vidée

Ma coupe s’est remplie… »

Voilà que je feuillette à présent le recueil de Desclozeaux qui rassemble les dessins publiés dans Le Monde pour illustrer la rubrique « bouteille » de Jean-Claude Ribaut, parue entre 1997 et 2001.

Un autre poème soudain surgit entre mes mains : « In vino veritas » s’écrie le poète Jean-Marc Eylaud :

« Le vin fait métamorphoses

Il déballe tous ses secrets

Autant les meilleurs que les pires.

Ah ! Quels parloirs ces cabarets… »

Dive bouteille 001Dans la « Dive Bouteille » anthologie humoristique du vin, les citations s’égrènent, jaillissent du calligramme matriciel, le livre lui-même dans son format bordelais. « La seule arme que je tolère, c’est le tire-bouchon » dit Jean Carmet, « Le vin est la partie intellectuelle d’un repas… » analyse Alexandre Dumas, « Si Dieu voulait interdire de boire, aurait-il fait le vin si bon ? » se gargarise Richelieu et la sagesse populaire renchérit « Une barrique de vin peut faire plus de miracles qu’une église pleine de saints »

« Joignons-nous tous au cortège de Bacchus » décrète ailleurs Eugène Causse en introduction à l’exposition rétrospective « La vigne et le vin dans l’Art » (mai octobre 1936 au pavillon de Marsan). Et je regarde Daumier bien sûr, mais aussi la grande tapisserie « Les vendanges » crée au 16ème siècle du côté de Sens, un Bacchus de bronze et quelques coupes en argent…

Ah ! Le vin des peintres et des sculpteurs, le vin des plasticiens, des architectes, des publicitaires, des verriers, des concepteurs d’ustensiles et d’objets…

A nous l’histoire d’une de nos folies !

Agenda

fév
28
sam
20 h 30 min T’es rock Ferré @ espace Lucie Aubrac
T’es rock Ferré @ espace Lucie Aubrac
fév 28 @ 20 h 30 min – 21 h 30 min
Concert Manuel Janel
mar
1
dim
17 h 30 min Rime L @ Pézenas
Rime L @ Pézenas
mar 1 @ 17 h 30 min – 20 h 00 min
Dans le cadre de Printi à la Maison

Voir le calendrier

Sur Facebook

Archives