L'Acte Chanson

Cie de création et de diffusion de spectacles vivants – Montpellier

Une grande soirée vigneronne aura lieu ce samedi à l’ancienne cave coopérative de Mèze. A ne pas manquer.

Les Zbroufs en jazzC’est un billet « First classe » pour un voyage en chansons aux Amériques de la première moitié du siècle dernier, de Savannah à Chicago, d’Harlem à Hollywood que proposeront les Zbroufs samedi à l’occasion de la grande soirée vigneronne de la Saint Vincent à l’ancienne cave coopérative de Mèze.

A 21h en effet, ils se prêteront au jeu du « Little Big Band Zbrouf » grâce auquel, comme à leur habitude déjantée à l’égard de la chanson française, ils « dé-standardiseront les standards » du jazz et nous feront découvrir des titres rares …

Quatre musiciens seront sur scène : Gisèle Négrel (chant), Lionel Martinez  (batterie), Jérar Slabski (guitare, chant) et François Fava (sax).

Entrée : 6€/4€ 

Contact LES ZBROUFS  www.leszbroufs.com

Bar à vins et petite restauration sur place.
Repas : 15€ sur réservation au 04 99 02 22 01.

La soirée se prolongera par une animation DJ jusqu’à 1h du matin

Cécile« Rappelle-toi Barbara » proposé au Crès par l’Equitable Concert (la soirée est organisée au profit de l’association Vie et Animation) est un spectacle de Cécile Veyrat où s’entremêlent les mots de Prévert et les chansons de Barbara. Véritable balade poétique et musicale, on y découvre des trésors de générosité et de délicatesse et c’est aux parfums d’un bonheur nostalgique mais aussi d’espoir et de joie de vivre que l’on suit les poèmes et les chansons… Dans les pas  d’une chanteuse et musicienne qui se découvre de plus en plus comédienne et danseuse.

Le spectacle débutera à 20h30, mais comme à l’habitude la salle sera ouverte à partir de 19h30 pour un petit moment gourmand et chaleureux.

Une très belle soirée garantie.

C’est ce jeudi à partir de 18h30 que de nombreux artistes créateurs montpelliérains se réuniront salle Pagezy (l’ancienne salle des Rencontres de l’ancienne mairie) à l’initiative des Amis de l’Humanité. Pour la liberté d’expression et de création artistique !

Dans un texte largement diffusé Jean-Luc Pouget qui anime l’association des Amis de l’Huma indique : « Nous avons sollicité des artistes, des écrivains, des poètes qui ont carte blanche pour témoigner.
Beaucoup d’artistes ont déjà répondu présent et le programme est maintenant arrêté. (cf ci-dessous). Chacun a sa façon évoquera la liberté de la presse et de la création au travers d’interventions musicales, poétiques ou littéraires.
L’entrée est libre et gratuite. Buvette, journaux, livres seront présentés aux stands. »

Au programme, des poètes : Mickael Glück, Stephen Bertrand, Jean Geibseiden et l’association des Mots Passants, Christian Malaplate, des comédiens : Jacques Artigues, Roseline Villaumé, Patrick Hannais, des chanteurs : Marine Desola, Jacques Palliès, Jacques Ibanes… et sans doute d’autres encore qui voudront participer d’ici jeudi. Nous y serons ! 

Don QuijoteA l’initiative de Georges Andreu, de la Maison des relations internationales et de la Maison de l’Europe, la ville de Montpellier célébrait vendredi dernier les 400 ans de Don Quichote le héros de Cervantes.

400 ans ! Pour cet anniversaire exceptionnel Georges Andreu avait réuni le Don Quijote Ukulélé Orquesta qui depuis quelques années se voue avec talent à Montpellier aux musiques hispaniques, mais aussi le dessinateur belge Mickaël Hoebregs qui a consacré une centaine de planches à Don Quijote et a accepté d’en présenter ici (mais aussi Chez Barth) les plus emblêmatiques.

Un beau moment d’Art et d’amitié que soulignait notamment, au moment des discours, M. de Saint Jouan adjoint au maire chargé des Affaires Culturelles.

L’exposition de Mickaël Hoebregs est en place jusqu’à la fin du mois de janvier. Renseignements complémentaires auprès de la Maison des Relations Internationales.

Le théâtre du Télémac à Nîmes accueillait ce week end trois représentations du nouveau spectacle de Cécile Veyrat produit par la compagnie ‘Les oreilles en éventail » : « Métamorphoses »

Ce spectacle est le récit de la transformation d’une femme en… femme.

Elle aime la vie, elle a un corps, elle est insouciante et surgissent les blessures de la vie, souvent terribles. Va-t-elle tout perdre, disparaître dans la douleur ? Bien au contraire, loin de l’abattre, les déchirures soudain lui font pousser des ailes (splendide scène où, surgissant d’un écran, des ailes, effectivement, battent lentement dans son dos)… Une vraie métamorphose alors s’accomplit : une femme surgit. Est-elle une autre ? Est-elle la même ?

Au bout de ce spectacle pluriel, voué pourtant à l’intime comme s’il allait au-delà des secrets, musique, chant, danse, théâtre mêlés, la réponse sans doute appartient à chacune (peut-être à chacun), à l’aune de sa propre vie.

Les textes sont signés Marie-Chloë Pujol-Mohatta et Ghislain Vincent.
Une partition musicale, parfois bouleversante ou marquée par la violence des choses, accompagne tout le spectacle. Autour de la voix et du piano de Cécile Veyrat on entend le violoncelle de Véronika Soboljevski et les saxophones de Stéphane Dano… Quand le silence se fait, on se dit qu’il n’a jamais été aussi urgent, dans le monde terrible où nous vivons, de donner toute sa place à l’Art.

J.P.

C’était donc quelques jours après le premier de l’an, juste avant l’horreur survenue à Charlie Hebdo. La voix du policier du commissariat de La Paillade s’était faite os et chair et c’était très ressemblant : calme et sereine : « Ce sont les faits du 5 décembre 2013 qui vous sont reprochés » disait le policier « c’est-à-dire les injures, menaces et autre violences exercées à l’encontre des dirigeants de l’association « J’ai rendez-vous avec vous »… à la date susdite »… Et je me revoyais en effet envahi par une colère absolue face à des gens qui mettaient à profit la création de leur association pour s’emparer sans raison avouée, ni justification d’aucune sorte, de ce qui nous avait un temps rassemblé à la demande de la mairie : le festival Brassens de Saint-Gély-du-Fesc  dont la direction artistique et la régie générale étaient jusques là (quatre éditions depuis 2006) exclusivement confiées à l’Acte Chanson… « Apparemment » poursuivait le policier « vous n’avez pas supporté que le bureau de l’association vous empêche de disposer pour votre compte ou celui de l’Acte Chanson, des subventions accordées à « J’ai rendez-vous avec vous »… Avouerais-je que j’ai alors failli me lever pour applaudir le tour de passe-passe, c’est en effet pour cela que « J’ai rendez-vous avec vous » avait été créée : pas pour l’Acte Chanson mais pour le financement local du festival !… « Et de quand date cette plainte ? » enchaînai-je avec un bel à-propos. « Du 3 novembre 2014 ! » répondit le policier. 11 mois après les faits, je ne pouvais qu’opiner à la douleur invraisemblable qui  m’avait alors envahie, tout en niant bien sûr la violence physique. Quoi ! Après quatre années d’investissement total au service du festival, je devais rester impassible, presque beau joueur, face à un duo de personnages prêts à tout pour s’emparer de ce que nous avions créé ?

« Je vous conseille d’essayer d’oublier et de passer à autre chose » me dit un peu plus tard le policier avec une certaine empathie. Sans doute, mais encore faudrait-il que tout soit réglé. A maintes reprises nous avons demandé à « J’ai rendez-vous avec vous » de nous rencontrer pour mettre les choses à plat. Aucune réponse ne nous a jamais été apportée, si ce n’est en attisant les haines (Comment par exemple un membre récent du bureau de « J’ai rendez-vous avec vous »  a-t-il pu aller jusqu’à bousculer notre vice-présidente ? Que lui a-t-on raconté ?), en fomentant les rumeurs (Or non seulement nous n’avons pas piqué dans la caisse mais l’association saint-gilloise nous doit 1792 €), en appelant la gendarmerie et la Police à leur rescousse à trois reprises lors du festival de novembre 2014 (Brassens doit se retourner dans sa tombe…)

« Finalement » conclus-je auprès du policier pailladin « Que va-t-il à présent se passer ? » « C’est au procureur de se prononcer » dit-il avec le sentiment évident d’avoir perdu son temps.

… La suite au prochain numéro.

Un peu de poésie… Il y a tant à dire

Cinquante ans de poussées, d’arrêts, de marche encore

Moissonner pour les autres sans avoir droit au grain

Défendre des pays qui volent votre bien

Leur bâtir des maisons et puis coucher dehors

Sonner cloche le jour fêter des inconnus

Leur tresser des couronnes n’être pas reconnu

Ouvrir chemin de fer jamais prendre le train

Porter l’eau au désert…

« L’intermittence sanctuarisée… » titrent ce matin les journaux. La CGT Spectacle communique :

Compte-tenu de l’actualité, la Fédération Cgt du Spectacle tient tout d’abord à exprimer sa solidarité avec l’équipe de Charlie Hebdo et les policiers victimes de cet odieux attentat qui a eu lieu en fin de matinée au siège du journal. Nous présentons tout notre soutien et nos condoléances aux proches des victimes parmi lesquelles figurent Tignous et Charb que nous connaissions bien. Avant d’avoir connaissance de cette  attaque, nous discutions du rapport de la mission sur l’intermittence  et des annonces du Premier Ministre concernant le devenir du régime d’assurance chômage des artistes et techniciens du spectacle du cinéma et de l’audiovisuel et au-delà, de l’emploi et de la protection sociale.

Après une première lecture, nous constatons que ce rapport reprend bon nombre de nos  contributions. Il comporte aussi un certain nombre de contradictions. Nous avons également un point majeur de désaccord sur le fait de conférer au niveau interprofessionnel la fixation d’un cadre financier pour les annexes 8 et 10. La Cgt Spectacle, comme toute la Cgt, agit pour que le régime interprofessionnel d’assurance chômage indemnise tous les privés d’emploi. Néanmoins, nous constatons avec une certaine satisfaction que ce rapport et les annonces du Premier Ministre confirment la légitimité du régime spécifique des salariés intermittents qui sera inscrit dans la loi dès le premier semestre 2015, ce que nous demandions depuis 2007. Des mesures phares telle que la recherche pour une ouverture des droits dès 507 heures sur douze mois ne sont plus considérées comme tabous et même jugées comme tout à fait pertinentes.

La méthode de négociation annoncée prend le contrepied des discussions déloyales qui ont eu lieu début 2014 sur l’assurance chômage et qui ont abouti à l’accord du 22 mars. D’importantes mesures pour l’emploi permanent comme intermittent ont été annoncées dans le rapport Gille-Archambault-Combrexelle. Il en est de même avec l’annonce de l’augmentation en 2016 des crédits consacrés à la création et à la Culture tout comme le dégel des 8 % de précaution des budgets création et transmission des savoirs pour l’année 2015.

Dans le domaine de la protection sociale, nous avons pris acte des préconisations de la mission et attendons (et nous y veillerons) la mise en œuvre des mesures annoncées permettant l’accès effectif aux droits; en particulier pour les artistes et techniciennes intermittentes qui peinent à ouvrir des droits au congé maternité.

Dans les jours prochains, nous allons nous livrer à une analyse approfondie du rapport de la mission et des mesures annoncées. Nous allons à cet effet informer les professionnels concernés et organiser des débats dans nos secteurs. Ce rapport est rendu public dans un contexte qui n’est pas anodin. En effet, la situation de l’emploi s’est encore aggravée sous l’effet de la crise et des mesures d’austérité. De plus, la mise en œuvre de la nouvelle convention Unedic bloque depuis le 1eroctobre des centaines d’allocataires du régime général comme des  annexes cinéma-spectacle avec des droits misérables. Force est de constater qu’à l’heure où un chômeur sur deux n’est pas indemnisé et où les contrôles ne cessent de se renforcer, le compte n’y est pas.

Nous revendiquons des mesures immédiates et un plan de travail rigoureux pour que soient mises en œuvre les mesures positives annoncées sur l’emploi, la protection sociale et l’assurance chômage. Nous invitons les artistes et techniciens du spectacle, du cinéma et de l’audiovisuel et toutes celles et ceux qui sont concernés, à prendre connaissance de ce rapport et à en débattre avec le souci de la  mobilisation la plus unitaire possible.

Agenda

jan
26
lun
19 h 00 min Rencontre avec Véronique Chouraqui @ Chez Marie
Rencontre avec Véronique Chouraqui @ Chez Marie
jan 26 @ 19 h 00 min
19h30 Chez Marie (20 rue de l’Argenterie à Montpellier) rencontre avec Véronique Chouraqui autour du livre « D’un rouge incomparable » (pendant la Terreur à Montpellier)
jan
30
ven
19 h 30 min Lecture poétique autour de Charl... @ Atelier de Jackie et Denis Taffanel
Lecture poétique autour de Charl... @ Atelier de Jackie et Denis Taffanel
jan 30 @ 19 h 30 min
Lecture poétique « autour de Charles Baudelaire » à l’atelier de Jackie et Denis Taffanel (278 avenue de l’Europe à Castelnau-le-Lez), avec Franc Ducros, Régine Foloppe, Gisèle Pierra et Gilles Siouffi.
21 h 15 min Les Rimes Quartet @ JAM (Mtp)
Les Rimes Quartet @ JAM (Mtp)
jan 30 @ 21 h 15 min
Les Rimes Quartet @ JAM (Mtp) | Montpellier | Languedoc-Roussillon | France
Les Rimes Quartet proposent Oh ! Nougaro … du jazz et des mots
jan
31
sam
21 h 00 min Carte Blanche A JULIETTE
Carte Blanche A JULIETTE
jan 31 @ 21 h 00 min
Carte Blanche A JULIETTE  à VAUVERT, organisé par Courant  Scène.

Voir le calendrier

Sur Facebook

Archives