Get Adobe Flash player

Mosaïque (4) : Aristide Bruant

Cela peut surprendre, mais à l’initiative de Soisic l’Acte Chanson s’est un jour consacré à l’oeuvre d’Aristide Bruant. Un Cd et un spectacle « Bruant et le Chat Noir » en sont nés en avril 2010. L’autre et l’un sont encore disponibles.

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

Tant va la crèche à l’eau…

Le grand retour des « billets de Jean-Pierre »… Ah ! ça fait du bien !

En cette période de fêtes de l’année finissante où tant d’artistes, surtout anglo-saxons dirait Garou, nous livrent une nième et barbante adaptation de chants de Noël, je ne peux m’empêcher de faire mon billet sur les crèches…

Actuellement, au sein d’une municipalité voisine – mais il y en a bien d’autres – la présence d’une crèche dans le hall d’entrée devient comme une croix, une étoile de David, une main de Fatma autour du cou du quidam moyen, le symbole ostentatoire de l’appartenance à une communauté religieuse.

Pourtant, au nom de la séparation de l’Eglise et de l’Etat, on interdit aux municipalités de se balader avec une crèche en sautoir.

J’ai toutefois le souvenir du temps de mon enfance, lorsque mon grand-père, militant communiste de la première heure et qui bouffait du curé comme un ado bouffe des cheese burgers chez Mac Do, installait une crèche près du sapin de Noël dans la salle à manger. Il disait alors, intime conviction ou justification maline que Jésus Christ était le premier socialiste…

Bon ! Ceci dit c’était dans la sphère personnelle et, tant qu’il n’aura pas des brigades de répression des crèches qui feront en tous lieux des interventions musclées, on peut ne pas trop râler : d’autant plus que dans les lieux publics, donc les mairies, il faut des issues de secours réglementaires et qu’il y ait des pompiers et des secouristes parmi les santons.
Ainsi, dernièrement, une crèche où devaient se rassembler 35000 santons a été annulée au dernier moment par la mairie de Pérols pour des raisons de sécurité… Pas assez de pompiers !
En revanche je pense qu’il serait plus judicieux de débaptiser les crèches officielles – vous savez, celles où l’on garde les enfants en bas-âge avec des puéricultrices – on devrait les appeler Maisons de la puériculture, ainsi il n’y aurait plus aucune référence à la religion catholique…

Pour moi, c’est sûr, comme dirait Joanda : gardarem la grepia ! (Nous garderons la crèche !)

Pour en finir avec le sujet, je dirais qu’aujourd’hui il existe une alternative évidente à la crèche : c’est l’UMP. Un sauveur y est né : Nicolas Sarkozy, entre le boeuf Juppé et l’âne Fillon. Il a pour parents : NKM et Bruno Lemaire… Celui qui trouve que tout est pour le mieux dans le meilleur des mondes umpéiste et que tout le monde il est beau tout le monde il est gentil, c’est Raffarin le ravi ! Dans les crèches catalanes il existe un personnage typique : le caganer qui, pantalon baissé, défèque dans un coin… Or je l’ai reconnu malgré son air crispé : c’est Jean-François Coppé !

Pour une autre politique sociale et culturelle : LE SFA APPELLE A UNE MOBILISATION CE VENDREDI 19 DECEMBRE

Le Syndicat Français des Artistes communique :

Ce vendredi, 19 décembre, se tiendra la première réunion plénière du Conseil National des professions du Spectacle sous la présidence de Fleur Pellerin. Cette instance regroupe tous les syndicats de salariés du spectacle vivant et enregistré, ainsi que toutes les organisations d’employeurs, des représentants du ministère du Travail et bien sûr de celui de la Culture, et de nombreux administrations et organismes paritaires, tels AUDIENS, l’AFDAS, ou encore l’ UNEDIC et Pôle Emploi. Cette réunion de fin d’année, venant après un changement important au niveau de notre ministère de tutelle et à la veille de la sortie prévue du rapport du trio de concertation Gille/Archembault/Combrexelle, doit être l’occasion d’une expression forte de l’ensemble des professionnels du spectacle, dont notamment, bien sûr des artistes-interprètes.

Le projet de loi sur la culture, promis depuis l’élection présidentielle, devenu au fil de la mandature une loi simple, et non plus une loi d’orientation, a été encore dilué et affaibli dans la dernière ligne droite, sous l’impulsion de la nouvelle ministre et de son directeur de la création artistique. Il y a tout à craindre de ce projet, qui doit être officiellement lancé par la Ministre vendredi, mais dont copie a été obtenue par la « délégation renforcée » de professionnels qui s’est imposée à la réunion du bureau du CNPS la semaine dernière.

Les lois sur la réforme territoriale fragilisent le rôle de l’Etat dans le développement d’une politique culturelle. En même temps, de très nombreuses collectivités, à tous les niveaux, réduisent dramatiquement les moyens alloués à la culture, et donc, menacent gravement l’emploi des artistes et des techniciens (et dans certains cas, la liberté d’expression).

La loi sur le financement de la sécurité sociale menace l’existence de la Caisse des congés spectacle, tout récemment adossée à AUDIENS.

Et la Mission de Concertation a retardé la parution de son rapport. Aucune indication ne laisse penser que nos propositions seront prises en compte. Pendant ce temps, de nombreux professionnels du spectacle, surtout des jeunes, mais pas seulement, restent « bloqués » par le nouveau système de « droits rechargeables » avec des indemnités régime général très bas, malgré le fait qu’ils aient 507 heures ou plus de travail dans le spectacle. Les résidences de création ne compteront plus pour ouvrir des droits pour beaucoup d’artistes. Et l’arrêté officialisant le financement par l’Etat de l’infâme « différé » des annexes issues de la Convention Unedic de 2014 a été publié, et comme on le craignait, il ne met pas de date limite à cette opération. Les prémices d’une « caisse autonome » peuvent s’y cacher. Les signataires de l’accord du 22 mars refusent d’envisager la négociation d’un avenant pour revoir les textes d’assurance chômage avant l’expiration de la convention actuelle. Et Fleur Pellerin, qui, au moment de sa prise de fonctions, a évoqué la possibilité d’un instrument législatif en cas de blocage, n’y fait plus référence !

Les artistes-interprètes ont donc toutes les raisons pour interpeller avec force leur Ministre de tutelle. Ce VENDREDI 19 DECEMBRE 2014 est l’occasion pour se rassembler dans des actions fortes, lors de la réunion du CNPS.

Ainsi le SFA se joint aux autres syndicats de la Fédération du Spectacle CGT pour appeler les professionnels à manifester pour une autre politique vis-à-vis de la culture et des travailleurs culturels, pour l’emploi et pour une protection sociale adaptée et conférant de nouveaux droits.

Votre participation est indispensable !

I love… chanter !

C’était le week end dernier. Quoiqu’en affirmaient les médias locaux, l’annulation de « I love techno » était déjà dans les tuyaux… et nous n’étions ni informés, ni pas vraiment… concernés. En rangs serrés (50 personnes à Sainte-Croix de Quintillargues, avec le foyer rural le samedi, 50 autres à Nîmes dans une initiative du quartier Richelieu le « beau dimanche »), nous étions les artistes inconnus de la culture de proximité : les Zbroufs et leur sous-marin… John, ici, le Cabaret du Vin, là, avec bien sûr le soutien résolu de l’Acte Chanson et des publics ravis, enthousiastes.

… Etrange sentiment en vérité d’être à la fois au coeur d’une véritable aventure artistique, de plus en plus proche des gens, que ce soit en milieu rural ou urbain… mais aussi à l’écart quasi absolu d’une culture dominante vouée à la multitude et à l’absence de sens, et finalement par cela même rendue impossible.

Reconnaissons volontiers que les moyennes d’âge des événements dont il est ici question, ne se superposaient pas vraiment, traduisant même leur appartenance à des mondes différents, quasiment opposés, s’ignorant les uns les autres avec persistance et quasi brutalité… Est-ce un mal ? Une nouvelle difficulté ? Les soubresauts ultimes du monde en train de changer ? Si quelqu’un en doute, qu’il sache que nous continuerons de chanter, c’est au moins presque aussi indispensable que de respirer !

Mosaïque (3) : Fernando Pessoa

Troisième numéro de la chronique poétique de Patrick Hannais, (accompagné aujourd’hui par la comédienne Roseline Villaumé), et consacrée au mystérieux écrivain portugais : Fernando Pessoa dont on a découvert l’oeuvre pour l’essentiel après sa mort… Outre des extraits d’oeuvres de la célèbre Amalia Rodriguez, nous vous proposons également la chanson que vient d’enregistrer Patrick lui-même, sur une musique de Philippe Marcillac et des arrangements de Hervé Tirefort. Pour écouter la chronique, cliquez sur l’adresse qui suit :

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

La chanson qui conclut cette courte chronique publiée également sur Radio Lodève, « Etranger à personne », a donné son nom au disque éponyme de Patrick Hannais, produit par l’Acte Chanson, à paraître en avril 2015. Cliquez pour écouter :

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

… Et les voleurs se mirent à crier : aux voleurs !

Une rumeur nous revient, portée par les vents de Saint-Gély-du-Fesc : on aurait piqué dans la caisse !

… Oui ! On aurait piqué dans la caisse et les « sauveurs » s’appelleraient « J’ai rendez-vous avec vous », cette bande organisée qui, non contente de nous voler le festival Brassens de Saint-Gély, se justifie aujourd’hui par rumeurs interposées, soigneusement distillées et toutes plus malveillantes les unes que les autres. N’y aurait-il qu’une seule personne pour le croire, je tiens à dire ici, haut et fort, que, non seulement il n’y a rien de vrai dans cette rumeur, mais qu’au contraire, depuis 2006, l’Acte Chanson a toujours tenu financièrement le festival, payant les factures, épongeant les déficits, bouchant les trous, renonçant même parfois à facturer certaines de ses prestations…

Oui ! Sans nous le festival Brassens de Saint-Gély n’aurait jamais existé.

D’ailleurs chacun peut en juger.

En effet, à l’inverse de cette pratique de la rumeur, nous avons au contraire toujours joué cartes sur table, publiant par exemple dès le mois de novembre 2013 les comptes du festival qui font apparaître la dette de « J’ai rendez-vous avec vous » à notre égard… Car cette dette existe bel et bien. (Voir le dossier « La vérité sur le festival de Saint-Gély » sur ce même blog).

Alors ? Ceci explique-t-il cela ?

Veut-on à tout prix masquer par exemple que, plusieurs mois avant le clash de décembre 2013, dès le début de l’existence de « J’ai rendez-vous avec vous », le trésorier (moi-même) ne recevait aucun des documents bancaires attestant des dépôts, des retraits, etc… Que le président de l’association faisait lui-même, sans en référer à quiconque, des factures qu’il adressait aux communes, rédigeait des demandes de subventions sans qu’aucun membre du bureau soit mis au courant ni de la demande, ni de son contenu… J’en passe et des pires.

Toujours est-il qu’à ce jour, non seulement « J’ai rendez-vous avec vous » nous a volé le festival Brassens 2014, mais nous doit aussi quelques milliers d’euros pour éponger ses dettes de 2013 à notre égard… Et ceci n’est pas une rumeur !

 Jacques Palliès

Dimanche 7 décembre : le Cabaret du Vin à Nîmes

C’est ce dimanche 7 décembre à 15h qu’aura lieu à l’Entraide Gardoise – 29 rue Richelieu à Nîmes – un nouveau  numéro du Cabaret du Vin…

En ce mois de décembre « Le Cabaret du Vin » s’exporte dans la belle ville de Nîmes pour une après-midi récréative, à l’invitation de la compagnie « Beau Parleur ». 

Conçu et interprété par Gilbert Maurin et Jacques  Palliès  « Le Cabaret du Vin » se présente comme un grand voyage en compagnie de tout ce que le vin à inspiré aux écrivains, aux poètes, aux chansonniers. Chansons, poèmes et anecdotes sont au programme. Comme l’écrivit Raoul Ponchon « la muse est ici au cabaret ».

En première partie des membres de l’association de Jean-François Homo animeront diverses chroniques puis… place à la chanson et à la poésie !

Samedi 6 décembre : les Zbroufs chantent le « sous-marin… John ! » à Sainte-Croix de Quintillargues

Le départ du sous-marin, organisé par L’ACTE CHANSON et le foyer rural LES QUINTILLADES, aura lieu à 21h à l’Espace Claude Saumade de Sainte-Croix.

Garanti 100% intergénérationnel ce spectacle est une « comédie musicale » à trois personnages ( aux déclinaisons  multiples ! ) qui se déroule sur un rythme effréné. Claude Nougaro, Simon et Garfunkel, Michel Berger, Eurythmics, Piaf, Abba,  Jacques Brel  … sont au programme de ce  « V.M.D. »  Voyage Musical Désorganisé   … mais totalement maîtrisé ! 

 La trame de cette aventure se situe dans les chansons qui la composent, cocktail d’airs connus, reconnus … ou non, tant la « touche des Zbroufs » s’en mêle et fait naître à chaque morceau  une interprétation nouvelle et inattendue !

A l’attention des âmes sensibles : ce spectacle est garanti 75% en français, 20% en anglais, 5% ne se prononcent  pas …

Réservations   http://www.lesquintillades.eu  Renseignements    06 83  21  69 21

Droits à l’assurance chômage : le scandale continue !

Où en est-on dans l’application des nouvelles règles d’indemnisation du chômage des artistes et techniciens du spectacle ?

La CGT Spectacles Languedoc Roussillon communique :

Non seulement la convention du 14 mai issue de l’accord du 22 mars baisse les droits des chômeurs indemnisés, (y compris les artistes et techniciens intermittents du spectacle), non seulement depuis le 1er octobre, des dizaines d’intermittents du spectacle ayant commencé par s’ouvrir des droits au régime général s’y retrouvent coincés par un rechargement automatique au régime général avec des heures pourtant effectuées dans le spectacle,… mais nous découvrons que Pôle emploi a publié fin octobre « discrètement » des règles nouvelles qui n’ont pas été discutées même par les signataires de la convention !

Ainsi « les heures de création en résidence d’artistes sont exclues » de l’annexe 10. De même, dans certains cas, se réinscrire en n’ayant ne serait-ce qu’une seule journée de travail au régime général à l’issue de ses droits aux annexes 8 et 10, peut faire basculer dans le régime général. De plus comme pour tous les demandeurs d’emploi, les recours en cas de réclamation de trop perçus ne seront plus suspensifs : les allocataires devront régler les sommes réclamées (en remontant sur trois ans), même en cas de contestation.

Sans en référer aux organisations syndicales, même signataires,  l’UNEDIC et Pôle Emploi ont interprété les textes de la façon la plus dure pour écarter le plus possible d’intermittents du régime des annexes 8 et 10 (sur instruction du MEDEF ?) !

Bref la concertation sur les annexes 8 et 10 fait du surplace, la convention commence à produire de gros dégâts bien que le nouveau différé soit suspendu, l’ancien s’appliquant toujours. Nous demandons d’urgence un avenant contredisant ces interprétations abusives.

Nous mettons à disposition de toutes et tous les explications de Pôle Emploi sur la nouvelle réglementation issue de la convention du 14 mai 2014, y compris leurs explications fallacieuses. VOIR

Notons enfin que l’Unedic n’a toujours pas publié ses circulaires pour une réglementation qui s’applique pourtant … depuis le 1er juillet !

Mosaïque (2) : Jean Debernard

Deuxième essai de cette rubrique signée Patrick Hannais et qui est aujourd’hui consacrée à l’écrivain montpelliérain Jean Debernard.

Mosaïque Jean Debernard

La chanson qui clôt la chronique est de Pascal Garry et figure dans le CD collectif produit par l’Acte Chanson : « Chansons rebelles ».

En Musique
Découvrez la playlist acte chanson avec Julien Heurtebise
Spectacles en vidéos
Sur Facebook