Cie de création et de diffusion de spectacles vivants – Montpellier

La Chronique

Troisième numéro de la chronique poétique de Patrick Hannais, (accompagné aujourd’hui par la comédienne Roseline Villaumé), et consacrée au mystérieux écrivain portugais : Fernando Pessoa dont on a découvert l’oeuvre pour l’essentiel après sa mort… Outre des extraits d’oeuvres de la célèbre Amalia Rodriguez, nous vous proposons également la chanson que vient d’enregistrer Patrick lui-même, sur une musique de Philippe Marcillac et des arrangements de Hervé Tirefort. Pour écouter la chronique et la chanson, cliquez successivement sur les adresses qui suivent :

 

Préparée pour Radio Lodève cette chronique en poésie de Patrik Hannais figurera désormais régulièrement au sommaire de notre nouveau blog. En voici le premier numéro consacré au poète carcassonnais Joë Bousquet, ce « corps de mots » qui pendant des dizaines d’années vit passer dans sa chambre tous les grands auteurs de la poésie du 20ème siècle…

Pour accéder à la chronique, il suffit de cliquer sur le lien qui suit mosaique joë bousquet 

A noter que les arrangements de la chanson interprétée par Claude Avenante sont signés Hervé Tirefort.

Remarquable et remarquée pourrait-on dire en effet de la présence de l’Acte Chanson au premier Salon des CE de la Grande Motte.

Comme en témoigne notre photo c’est avec un professionnalisme irréprochable que les militants actechansonniens ont abordé le Salon. Avec de nombreux contacts à la clef, des rendez-vous, des relations nouvelles, la présence du stand conçu et animé par Soisic, Cécile, Bianca, Jérar, Jacques, Hervé, José-Carlos, Patrick, avec Christine à la photo (surprise) était un petit événement en soi. Qu’on se le dise !

Et tout ça avec la complicité de Georges Brassens. Bien sûr !

150 personnes dans la grande salle du Devézou à Montferrier, 50 au Mas Reynès dans les quartiers nord de Montpellier… avec Barbara, Prévert et Aragon interprétés par Cécile Veyrat, Patrick Hannais et Jacques Palliès, en toute honnêteté il y a de quoi être fiers de ces scores réalisés par l’Acte Chanson le week end dernier. Et le public ne s’y est pas trompé, ravi, emporté par l’émotion, le sens des textes retenus par les artistes… Il y avait comme un air de reconnaissance : de tels spectacles sont donc encore possibles ! la culture serait donc encore vivante ? Merci à tous d’avoir contribué à le démontrer.

La CGT Spectacle communique : « La mobilisation porte ses fruits, le 27 en fin de journée le MEDEF paraîssait plus en retrait sur la suppression du régime des intermittents et intérimaires en admettant « qu’il n’y a pas qu’une seule solution possible », mais pour l’instant rien ne bouge réellement. Le patronat reste arc-bouté sur ses positions : il faut réduire le déficit et pas un centime ne doit sortir de la poche du patronat. Qui va donc payer ? Les chômeurs !

Les intermittents et les intérimaires d’abord, qui vont rejoindre le régime général. Les seniors ensuite, le MEDEF veut faire reculer à 55 ans l’âge où les demandeurs d’emploi peuvent obtenir 36 mois d’indemnisation, aujourd’hui c’est 50 ans. Dans un contexte où le chômage des seniors et le chômage de longue durée explosent, c’est condamner de nombreux demandeurs d’emploi à la pauvreté. Les salariés licenciés qui bénéficient d’une indemnité supra légale vont être aussi mis à contribution, le différé d’indemnisation est aujourd’hui de 75 jours, le MEDEF veut supprimer cette limite. Si le taux de chômage baisse en dessous de 10%, le MEDEF prévoit aussi de diminuer les droits des demandeurs d’emploi. Dans ce cas la durée d’indemnisation baisserait à 18 mois au lieu de 24 actuellement, et la durée d’affiliation nécessaire pour ouvrir des droits passerait de 4 à 6 mois.

Conditionner les droits à la conjoncture é conomique est non seulement injuste et inacceptable, mais c’est une remise en cause profonde de la protection sociale. Le scénario patronal pour la mise en œuvre des droits rechargeables est lui aussi prévu à l’économie, il y a peu de différence avec le système actuel et les plus précaires n’en profiteraient pas.

Pour assurer la pérennité du régime spécifique des annexes 8 et 10, nous devons imposer une discussion sur la base de nos propositions élaborées depuis de nombreuses années et  validées par les parlementaires du comité de suivi : une annexe unique pour les artistes et les techniciens, 507 heures sur 12 mois pour ouvrir 12 mois d’indemnisation avec une date anniversaire préfixe,  un nouveau mode de calcul plus mutualiste… Rappelons que nos annexes ne constituent pas une subvention à la culture mais un régime de protection sociale relevant de la solidarité interprofessionnelle pour des salariés qui cotisent et connaissent une forte précarité. L’Etat a un autre rôle à jouer, celui de garantir le service public de la Culture, déjà fortement mis à mal par l’austérité budgétaire, avec les conséquences sur l’emploi et l’accroissement des difficultés pour nombre de professionnel-le-s à vivre de leurs métiers.

Ce premier recul du patronat est à mettre à l’actif de notre mobilisation. Cependant, si nous l’avons fait vaciller le 27 février, nous devons toutes et tous rester mobilise-es pour le faire reculer définitivement et le contraindre à discuter de nos propositions. Il reste une séance de négociation prévue le 13 mars prochain et la situation semble bloquée par un patronat décidé à faire payer les plus pauvres. Cette négociation doit se poursuivre sous le contrôle des salariés. Ensemble, dans l’unité des professionnels du spectacle, dans le rassemblement le plus large avec tous les salarié-e-s et les privé-e-s d’emploi, amplifions la mobilisation. »

Les rendez-vous à Montpellier

– Le 12 mars, jour de marche pour la Culture, premier rendez-vous  à 11h30 à la DRAC : Assemblée Générale avec la CGT culture, puis marche jusqu’à la Région avec halte à l’Agglo de Montpellier. Fin de la marche devant la DIRECCTE – services déconcentrés du Ministère du Travail, place Paul BEC en bas du Polygone.

– Le 13 mars , dernier jour de négociation assurance chômage, le Ministère du Travail ne doit pas donner son agrément à une convention d’assurance chômage qui entérine la mise à sac de notre sécurité sociale ! A Montpellier set-in à partir de 10h00 : d evant la DIRECCTE durant cette dernière journée de négociation.

La CGT Spectacles analyse ainsi l’évolution de la situation après la journée d’action de ce jeudi 27 février.

22 manifestations ont réuni hier dans toute la France plus de 15 000 personnes dont plus de 7000 professionnels du spectacle à Paris, rejoints par des salariés de l’intérim et d’autres secteurs ! Devant la très forte mobilisation, la délégation patronale (Medef-Cgpme-Upa) a été contrainte de reculer et de retirer son texte. Elle a annoncé qu’elle présenterait un  nouveau projet pour l’ultime négociation du 13 mars prochain…

Concernant les annexes 8 et 10 applicables aux intermittents du spectacle, le Medef a retiré son projet d’alignement sur le régime général et de financement par l’Etat, mais il maintient l’idée d’une prochaine  négociation dans « laquelle il faudrait définir le rôle de l’Etat… ». Pour assurer la pérennité du régime spécifique, nous devons imposer une discussion sur la base de nos propositions élaborées depuis de nombreuses années et  validées par les parlementaires du comité de suivi, à savoir : une annexe unique pour les artistes et les techniciens, 507 heures sur 12 mois pour ouvrir 12 mois d’indemnisation avec une date anniversaire préfixe,  et un nouveau mode de calcul plus mutualiste…

Rappelons que nos annexes ne constituent pas une subvention à la culture mais un régime de protection sociale relevant de la solidarité interprofessionnelle pour des salariés qui cotisent et connaissent une forte précarité. L’Etat a un autre rôle à jouer, celui de garantir le service public de la Culture, déjà fortement mis à mal par l’austérité budgétaire, avec les conséquences sur l’emploi et l’accroissement des difficultés pour nombre de professionnel-le-s à vivre de leurs métiers.

Ce premier recul du patronat est à mettre à l’actif de notre mobilisation. Cependant, si nous l’avons fait vaciller le 27 février, nous devons toutes et tous rester mobilisé-e-s pour le faire reculer définitivement et le contraindre à discuter de nos propositions. Ensemble, dans l’unité des professionnels du spectacle, dans le rassemblement le plus large avec tous les salarié-e-s et les privé-e-s d’emploi, amplifions la mobilisation !

A Montpellier le prochain rendez-vous aura lieu le 12 mars (jour de la marche pour la Culture) avec une assemblée générale à 11h à la DRAC, puis une manifestation en direction de l’Agglo de Montpellier et de la Région

Près d’une cinquantaine de personnes ont accompagné samedi 15 février l’ouverture de la saison « bienvenue à la chanson » proposée par le Foyer rural « Les Quintillades », en collaboration avec l’Acte Chanson…

Une cinquantaine de personnes et deux artistes déchaînés dans leur interprétation décapante des chansons de Brassens, la soirée fut triomphale et le bel espace Claude Saumade, incontestablement, en redemande.

Prochain rendez-vous (pour les impatients et les autres, samedi 12 avril à 21h, avec Cécile Veyrat et Jacques Palliès qui proposeront leur « Hommage à Jean Ferrat ». Qu’on se le dise !

Depuis le mois de décembre dernier, Cécile Veyrat et Jacques Palliès ont repris l’Hommage à Jean Ferrat créé en trio en mai 2005, c’est à dire bien avant la disparition de l’artiste d’Antraigues-sur-Volane.

Joué d’abord à La Vernarède à l’initiative de la communauté de communes de La Grand’Combe (plus de 100 personnes dans la salle des fêtes de la mairie du village), le spectacle était donné hier (8 février) à Poulx, à l’initiative de la chorale Aureto qui organisait la soirée… Là encore c’est une salle comble (120 personnes au moins semble-t-il) qui vibrait aux chansons de Jean Ferrat reprises et réarrangées par Cécile Veyrat et Jacques Palliès… Près d’une trentaine de titres au total emportant les spectateurs dans l’émotion (Nul ne guérit de son enfance…), la poésie (Heureux celui qui meurt d’aimer, les Poètes…), la force des dénonciations politiques (Maria, , Nuit et brouillard, la Commune…), mais aussi le rire (A Santiago de Cuba…) comme Ferrat, sans avoir l’air de s’y résoudre, savait le susciter.

Un grand moment de chansons à l’actif des artistes bien sûr, mais aussi de l’Acte Chanson et de son nouveau catalogue. A consulter prochainement sur ce blog, ou à recevoir par courrier ou sur internet.

Cécile Veyrat et Jacques Palliès ont repris le flambeau d’un hommage à Jean Ferrat. Depuis le mois de décembre dernier exactement où ils ont donné la nouvelle version de leur spectacle à La Vernarède, au coeur des Cévennes gardoises…

Ce samedi c’est à Poulx, non loin de Nîmes, qu’ils répondent à la volonté de la commune de continuer à se souvenir du chanteur d’Antraigues-sur-Volane et de ses chansons.

Dans le nouveau concert on retrouve la plupart des chansons déjà contenues dans le précédent spectacle, mais aussi quelques autres qui donnent une nouvelle dimension à cet hommage tout de respect, mais qui n’hésite pas à moderniser certains titres, même parmi les plus connus.

A (re)découvrir absolument.

Renseignements complémentaires au 04 66 75 07 85 – Entrée 10 €.

Agenda

Il n'y a aucun événement à venir.

Sur Facebook
Archives